Une micro crèche ajustée aux besoins du territoire

Une micro crèche ajustée aux besoins du territoire

Nom de la collectivité

Communauté de Communes des Monts d’Alban

Statut de la collectivité

Communauté de communes

Thématique

RESPONSABILITES SOCIALES

Situés à l’est du département du Tarn (axe Toulouse-Millau), entre le Ségala et Monts de Lacaune, les Monts d’Alban sont héritiers d’un patrimoine historique dense et tumultueux : vestiges préhistoriques, des celtes (menhirs, dolmen datant de 2000 ans av J-C), des gallo romains qui ont investi la richesse minéralogique de son sous sol (riche en fer, cuivre, fluor, schistes ardoisiers, etc), guerre des religions…

Outre ce riche passé, les monts d’Alban sont marqués d’une forte identité paysagère qui s’étage sur les 21000 ha de son territoire.

Composé de plateaux ouverts (prairies pâturées ou fauchées et parcelle cultivées) et de profondes vallées aux fortes pentes boisées (fonds de vallée agricoles et prairies humides), les Monts d’Alban bénéficient d’une trame bocagère et forestière dense. Ils abritent une riche diversité biologique (8 ZNIEFF, forêts de feuillus, nombreux oiseaux et mammifères).

La présence humaine y est faible (3136 habitants)…Mais active : quelques 160 entreprises (essentiellement artisanales et commerciales), 289 exploitations agricoles (RGA 2000) qui emploient 438 équivalents plein temps à l’année, et des productions de qualité (2 labels rouges : veau sous la mère, veau du Ségala et de l’Aveyron), 1 AOC (lait de brebis pour Roquefort), 73 associations…animent un bassin de vie couvrant quelques 5000 habitants.

Ce territoire montagnard, à la population accueillante et festive, a développé une forte culture de l’intercommunalité : dès 1964, le SIVOM du canton d’Alban gérait les travaux de voiries, auxquels sont venus s’ajouter les équipements sportifs et scolaires, et la collecte des déchets.

Créée en 1992, la CC des Monts d’Alban a élaboré, en 1997, un projet de territoire, structurant ses interventions dans le cadre d’une programmation sur 10 ans.

En 2005, afin d’anticiper la fermeture de la SOGEREM, exploitant minier du fluor (80 emplois directs et autant de sous traitants/d’induits), la CC a souhaité mobiliser les acteurs locaux pour le renouvellement de leur projet de territoire. Elaboré sous forme d’un Agenda 21, le projet est en cohérence avec les stratégies du Pays de l’Albigeois et des Bastides, du département du Tarn et de la Région Midi Pyrénées.

Privilégiant les richesses locales, les savoir-faire et les besoins du territoire, cet Agenda 21 conforte la politique locale de développement endogène, soucieux de la pérennité et de la qualité des ressources humaines et naturelles, en prenant appui sur les liens de solidarité économique et sociale qui caractérisent une population très attachée à son territoire et à son histoire.

L’assise et le développement maîtrisé de l’économie du territoire, très liée aux ressources et savoir-faire locaux, sont un objectif essentiel, structurant et mobilisateur de l’Agenda 21. Dans ce cadre, la CC a notamment mis en oeuvre :

-  L’organisation de partenariats offrant un accueil simplifié aux entrepreneurs, l’aide au montage de projets optimisant les programmes de soutien au développement (zone AFR, ZRR, Fond départemental d’Aide à la Reprises d’entreprises artisanales en milieu rural, prêts d’honneur et prêts à taux réduits (dispositif SOGEREM, valorisation des exonérations fiscales et sociales,...),

-  Le recours systématique aux productions locales, et l’organisation de leur promotion (recherche de qualités,...)

-  Le montage d’un projet de valorisation de la ressource forestière locale dans le cadre du programme labélisé « pôle d’excellence rural »...

-  Un contrat d’engagement public-privé pour le management environnemental de la zone d’activité.

-  L’appui au maintien de la tradition de manifestations festives du territoire,

-  ...

Au titre des services à la petite enfance, la CC s’était déjà engagée dans l’offre de services et loisirs à l’enfance et à la jeunesse, à la suite d’un diagnostic réalisé en 2003, engagement formalisé par la signature d’un contrat temps libre avec la CAF et la MSA fin 2003, renouvelé en 2006 par un contrat enfance-jeunesse.

Les retours des questionnaires à la population ont toutefois fait unanimement état, au-delà de l’offre de 11 assistantes maternelles jugée insuffisante, d’un besoin de diversification et de structure d’accueil collectif de la toute petite enfance (crèche et halte garderie)

Une enquête a confirmé l’évolution des besoins : avec 20 à 25 naissances chaque année depuis 2004, le territoire de la CC compte 139 enfants de moins de 6 ans dont 71 de moins de 3 ans.

Ce retour a fortement interpellé les élus des Monts d’Alban qui ont inscrit la réponse aux besoins exprimés parmi les axes prioritaires de l’Agenda 21.

Dès 2007, un Relais d’Assistantes Maternelles a été créé pour maintenir et développer un bon maillage de l’offre de gardes individuelles agréées sur le territoire. Le nombre d’assistantes maternelles agrées sur le territoire est alors porté à 15. Fin 2008, la capacité d’accueil était de 31 enfants.

En partenariat avec la MSA (promoteur des micro-crèches en milieu rural et périurbain) et la CAF, le réseau des Familles Rurales (5 associations FR dans les monts d’Alban), la MJC, le directeur de la CCAS, les assistantes maternelles, les services du Conseil général et de l’Etat, la CC a souhaité rechercher l’offre la plus ajustée aux besoins et aux ressources du territoire, et apprécier l’opportunité d’une micro crèche.

Un nouveau questionnaire a été diffusé en 400 exemplaires auprès des nouveaux parents identifiés par les mairies, les écoles et les assistantes maternelles. 54 familles comptant 56 enfants ont répondu et ont permis d’identifier :

-  L’âge des enfants concernés

-  La nature de leurs besoins (réguliers, occasionnels)

-  Les jours et les créneaux horaires

-  Leurs lieux de vie, de travail

Les résultats du questionnaire confirment la pertinence du projet de micro-crèche pour les besoins atypiques du territoire, notamment en terme d’horaires. Sept familles se sont dites prêtes à s’engager pour la réussite de ce projet.

Un projet d’établissement visant 3 lieux d’accueil est envisagé. L’aménagement d’un 1er lieu d’accueil de 9 enfants, accessible aux handicapés, est conduit sous maîtrise d’ouvrage de la CC. Aujourd’hui, avec l’évolution de la règlementation, la micro crèche peut accueillir jusqu’à 11 enfants simultanément

L’Association « Groupement des associations Familles Rurales des monts d’Alban », crée pour conduire ce projet, a travaillé le caractère social, éducatif et pédagogique du projet d’établissement avec les partenaires concernés, et en tenant compte de la stricte réglementation afférente à l’accueil des enfants. C’est le groupement Familles Rurales qui gère la structure (recrutement des salariés, gestion des dossiers de demande, gestion des plannings, gestion financière et administrative).

Une attention particulière est portée :

-  Aux échanges sociaux : le faible nombre d’enfants permet de privilégier les échanges entre salariés/bénévoles et parents, et d’organiser des animations intergénérationnelles.

-  Aux ressources naturelles (eau, énergie, matériaux renouvelables, tri des déchets, produits d’entretien, ...) et à l’apprentissage de leur connaissance

-  Au recours aux productions locales de qualité, fraîches, de saison et cuisinées sur place pour la restauration.

-  A la bonne appropriation du lieu, (le Groupement Familles Rurales associé aux principales décisions d’aménagement des locaux, mais aussi des parents, grands parents et bénévoles ont participé à l’aménagement et à la décoration), par la qualité des partenariats à développer avec le RAM, les écoles maternelles, le centre de loisir, la médiathèque...

Structurer une offre d’accueil collectif de la petite enfance, adaptée aux moyens du territoire

Le coût de l’aménagement a été de 263 554,80 € HT. Il a été financé par :

cout projet

Gains Collectifs

Ancrage des nouveaux résidants, jeunes parents

Optimisation des fonds et équipements publics

Création d’emploi et de services de proximité

Valorisation des ressources humaines et productions locales

Réhabilitation d’un bâtiment en très mauvais état avec une démarche d’éco-construction.

Projet « expérimental » : des difficultés au départ pour le montage du dossier, le choix des logiciels de gestion des plannings et facturation par exemple, une évolution de la réglementation en cours de montage du projet...

Une gestion quotidienne assez lourde.

Un projet qui répond vraiment aux besoins du territoire : un taux d’occupation de plus de 80% de la micro crèche et la demande est croissante. Le choix de prendre des temps complet, des temps partiels et de fonctionner également en halte garderie implique que toutes les demandes ne peuvent pas être satisfaites.

Participation à la réduction des déplacements (choix d’implantation au plus près des besoins, appel aux circuits courts de production/consommation) et réduction des émissions de gaz à effet de serre,

Préservation des ressources naturelles et insertion paysagère,

Consommation et production responsables,

Renforcement de la cohésion sociale,

Projet issu de la concertation, conception et mise en œuvre participative

Réhabilitation d’une ancienne maison du centre d’Alban très dégradée, prise en compte forte du volet énergie notamment lors des travaux et réflexion sur les matériaux (bois, crépis à la chaux, couverture ardoise, utilisation de chanvre, etc.) :

-  consommations énergétiques (en énergie Primaire) pour le chauffage, la production d’eau chaude sanitaire et le refroidissement : 97 kWh ep/m².an soit catégorie C (catégorie F initialement) ; perspectives d’amélioration lorsque le rez-de-chaussé du bâtiment sera également restauré

-  estimation des émissions de gaz à effet de serre : 5 kg eqCO2/m².an soit catégorie A (catégorie F initialement)