Nouvelle réduction de 15% d’émissions de Gaz à Effet de Serre

Nom de la collectivité : Ville de Pamiers

Statut de la collectivité : commune

Thématique : réagir au changement climatique

Pamiers est située à 60 kilomètres au sud de Toulouse, 20 kilomètres au nord de Foix, 70 kilomètres à l’ouest de Carcassonne et à une heure de la frontière espagnole.
Ville centre d’une importante zone d’emplois et de chalandises, Pamiers, avec ses 16486 habitants(recensement 2007)est la ville la plus peuplée du département de l’Ariège.
Dans les années 2000, à l’occasion de l’accueil du 1er RCP (900 militaires et leur famille) et de la mise en service de l’A66 (Paris/Espagne) reliant Toulouse à Pamiers en 30 mn dès 2002, les élus se sont engagés dans une réflexion sur le développement durable de la Ville.
Après un diagnostic et un recueil de perceptions du territoire, un programme d’actions a été adopté en 2004, incluant les actions déjà engagées : cantines du terroir et biologiques privilégiant les circuits courts, et le recrutement d’un économe des flux.
Construit et approprié « en marchant », de façon pragmatique et démonstrative, l’Agenda 21 de Pamiers, planifié et mis en œuvre annuellement, a été renouvelé en 2008, poursuivant essentiellement le respect et la durable valorisation des ressources locales (ex : zéro phyto). Pamiers a obtenu la prolongation de la reconnaissance de son Agenda 21 local (2012).
Un important programme de réduction des consommations d’énergie et de diversification de ses sources a été mis en œuvre depuis 2003 : économiser l’énergie et Réduire encore de 15% les émissions de gaz à effet de serre de la Ville.
-  Régulateurs de tension sur l’éclairage public de 3 zones d’activités (25 % d’économie d’électricité),
-  Éclairage basse consommation dans un établissement scolaire (50 % d’économie d’électricité),
-  Chauffage régulé à la Mairie, changement d’ampoules, sensibilisation : 3 0% d’économie d’électricité et 18 % de gaz,
-  Contrat d’exploitation du chauffage de 20 bâtiments, incluant le partage financier des économies d’énergie ou des excès de consommations avec le prestataire (objectif : 16 % d’économie),
-  Protections extérieures contre les surchauffes estivales à la Maison de l’enfance, évitant la mise en place d’une climatisation,
-  Installation de capteurs solaires thermiques pour la production d’eau chaude au Camping municipal en 2005 (30 m2 pour 3000 litres), au Centre de Loisirs et à la cantine municipale en 2007 (31m2 pour 3000 litres) ; au centre nautique Neptunia en 2008 (120 m2, pour 10 000 litres),
-  Chaufferie bois à la cantine municipale et au Centre de Loisirs en 2007 (250 Kw) ; en octobre 2010 une nouvelle chaufferie bois collective desservira deux écoles, 26 pavillons, 4 bâtiments et 54 logements collectifs,
-  Équipement de 80 m2 de capteurs solaires de production d’électricité sur le nouveau bâtiment d’une école primaire (avec rachat EDF), conçu en Haute Performance Énergétique (RT 2000 - 18 %)

Chauffe eau solaire individuel :
Depuis 2005, la commune subventionne l’installation de capteurs solaires par les particuliers (41 installations, soit 39 tonnes de rejet de CO2 évités)
Un Bilan Carbone©, réalisé en 2008 sur 39 bâtiments et services municipaux a identifié qu’en 2006 la ville émettait 1 750 tonnes d’équivalent carbone.
Confirmant la pertinence des actions engagées, ce bilan a permis de cerner les principales sources d’émissions :
-  40 % du total sont issus des « immobilisations » (émissions liées à la fabrication des bâtiments, sur lesquelles il n’est pas possible d’agir aujourd’hui),
-  30 % issus des charges fixes : chauffage, électricité, climatisation,
-  19 % issus des déplacements des agents et des enfants qui se rendent à l’école.

C’est à l’issue de ce Bilan Carbone©, que la Ville s’est engagée à réduire à nouveau de 15% en 5 ans les émissions de Gaz à Effet de serre comptabilisées en 2006.
Économe des flux : participation ADEME, poste compensé par des économies de coûts de fonctionnement.
Investissements : participation ADEME (dans le cadre de PRELUDDE), et du Conseil Régional.
Bilan carbone : coût 25 000 €
Subvention à l’installation solaire par les particuliers : 333 € en moyenne.
Économie de 900 000 KWh/an en moyenne entre 2002 et 2006 (soit - 16% de consommation d’énergies fossiles à surface constante de bâtiments),
Gains annuels moyens sur les consommations d’énergie (60 000 €),
Diversification des sources énergétiques et moindre dépendance,
Sensibilisation globale des Appaméens à la maitrise de l’énergie et aux énergies renouvelables,
Impacts sur les artisans et entreprises locales.

Réaction au changement climatique :
Rejets évités : 1000 tonnes de CO2 depuis 2002
Ce programme pluriannuel de maitrise de l’énergie et de recours aux sources d’énergie renouvelable s’inscrit dans la cohérence des actions territoriales tendant à limiter résolument les émissions de gaz à effet de serre : dynamisation du commerce de proximité limitant les déplacements des consommateurs (périmètre de préemption urbain), organisation de circuits courts d’approvisionnement,…

Responsabilités sociales : Accès de tous les enfants à des bâtiments publics de qualité, et respectueux des ressources naturelles.