| Participer, Commune

Les Columérins associés au suivi et à l’Evaluation de l’Agenda 21

Nom de la collectivité : Ville de Colomiers

Statut de la collectivité : Commune

Thématique : Participer

Colomiers compte 35 130 habitants
Agenda 21 lancé en 2006, adopté le 5 février 2009
Etat en 2011 : Mise en œuvre
Personnel : 1 Chargée de Mission

Terre d’accueil de l’industrie aéronautique d’après guerre, Colomiers, a fait l’objet dès les années 60 (3000 hab) d’un ambitieux plan d’urbanisme et de zones d’aménagement concerté, privilégiant l’offre de logements et de services sociaux.
Avec plus de 32 000 habitants, elle est devenue, en première couronne de l’aire toulousaine, la seconde ville de la Haute-Garonne.
Colomiers dispose d’une superficie de 2083 ha, dont 47 % sont consacrés à l’habitat (30% de logements sociaux), 29 % dédiés aux zones d’activités (1400 entreprises), 24% réservés aux espaces naturels et de loisirs.
La qualité de son offre diversifiée de services au public a fait l’objet de reconnaissance nationale en 2007. Elle accueille en outre de nombreux services publics décentralisés de l’ouest toulousain.
Soucieux de renouveler le développement de la ville dans une perspective de développement durable, les élus, ont souhaité structurer et enrichir leurs initiatives (PADD et PLU, Politique de la Ville..) dans le cadre d’un Agenda 21.

Un premier état des lieux du territoire a identifié un risque d’altération de la qualité des liens sociaux associé à la croissance urbaine : amorce d’un vieillissement de la population, décalage culturel entre anciens/nouveaux résidants, durables difficultés d’insertion professionnelle de certains publics, nouvelles attentes des 15/20 ans…
Historiquement très attachés aux valeurs de cohésion et d’équité sociale, les élus columérins ont saisi l’opportunité de l’élaboration de l’Agenda 21 pour renouveler les liens sociaux avec et entre acteurs de la société civile.

40 actions sont issues d’un diagnostic enrichi de consultations et de participations extrêmement diversifiées, régulières, soutenues et suivies dans le temps : site Internet et publications, enquête (plus de 1000 réponses), ateliers thématiques ou transversaux (plus de 150 participants), des forums publics...

Durabilité de la dynamique écocitoyenne er renouvellement de la gouvernance

Un Comité de Suivi et d Évaluation de l’Agenda 21, dont le principe relevait du programme d’actions adopté, a été créé le 20 octobre 2009. Il constitue le 1er Comité de Suivi et d’Évaluation en Midi Pyrénées.

Actions : Associer la société civile à l’évaluation de la pertinence des 40 actions de l’Agenda 21 au regard des enjeux, des coûts, de leur efficacité et des indicateurs associés.

Outre les représentants de la municipalité, le Comité de Suivi et d’Évaluation est composé de 25 membres :
-  Associations, Entreprises, Jeunes (issus du Conseil Municipal des Jeunes, crée en 1996) et des Conseils de Vie Collèges et Lycées, tous désignés par les organisations qu’ils représentent, ainsi que des citoyens volontaires, tirés au sort après appel à candidature.
-  Signataires de la Charte Handicap (visant à faciliter la mobilité, l’accès au logement, aux services, à l’emploi..).

Une charte de fonctionnement et un Règlement intérieur ont été élaborés : Les membres se sont engagés pour 5 ans, votes à la majorité absolue, rédigent un rapport annuel de leurs travaux, après présentation en conseil municipal. Les membres étaient initialement repartis dans 3 ateliers de suivi et d’évaluation :
-  Emploi et solidarité (9 actions de l’Agenda 21), Culture et jeunesse (4 actions)
-  Écocitoyenneté et gouvernance (9 actions), éco-responsabilité de la commune (7 actions)
-  Climat Energie (7 actions), et Aménagement Habitat durable (4 actions)

Après un an de fonctionnement, l’ensemble des membres a souhaité participer au suivi et à l’évaluation de l’ensemble des 40 actions.
Réunis 2 fois par an, les membres sont destinataires de tableaux de suivi des actions, (quoi, quand, les retours, la complexité…) et donnent leur avis sur le respect du calendrier, l’impact et la cohérence globale des actions et la pertinence des indicateurs.

Chaque année, en février, l’adjointe au maire en charge de la mise en œuvre de l’Agenda 21 et du Développement Durable présente l’état d’avancement des actions au Conseil Municipal, en présence des membres du CSE, spécialement invités à cette séance.
Une évaluation à mi parcours, issue des travaux du Comité en novembre 2011, fera l’objet également l’objet d’une présentation en Conseil Municipal en février 2012. A l’issue de la mise en œuvre de l’Agenda 21, il pourra proposer de nouvelles orientations et des modalités de restitution de ses travaux aux Columérins

15000 € pour 2009-2013

Gains en lisibilité collective

-  Qualité et efficacité des services, (le compte rendu régulier invite à un rythme soutenu de mise en œuvre, et à l’auto-évaluation + intégration du handicap, au meilleur moment),
-  Gain d’éventuelle évaluation extérieure à mi parcours en 2011 et en 2013,
-  Recherche collective de l’optimisation des fonds publics,
-  L’évaluation continue permet de réorienter rapidement l’action (et donc d’optimiser son coût).
-  Participation régulière des membres aux réunions.
-  Une appropriation du caractère transversal des impacts de l’Agenda 21 (décloisonnement des groupes)

Au-delà de leur engagement à respecter les objectifs du Comité de Suivi et d’Evaluation, les participants ont fait part de leur souhait de s’investir davantage dans la mobilisation citoyenne, y compris aux côtés d’autres acteurs locaux. Ils ont déjà dédié des groupes de travail à la réussite de projets collectifs ciblés, et participé à la mise en œuvre de :
-  La Semaine du Développement Durable (en avril),
-  L’organisation de manifestations ludiques et de sensibilisation au Développement Durable avec le monde associatif, les entreprises, les lycées…à l’occasion de la Journée Sans Voiture (septembre),
-  La promotion de l’appel aux porteurs d’actions (tous publics) dans le cadre du « Parcours du développement Durable » organisé annuellement de janvier à mi-juin par la collectivité.
Des difficultés à mobiliser les jeunes collégiens et lycéens dans la durée, beaucoup d’investissement chaque année (renouvellement des classes d’âge des représentants).
-  Faire comprendre, par l’exemple, les contraintes (juridiques, financières, …) des collectivités.
-  Organiser l’échange et le dialogue entre représentants de la diversité de la société civile
-  Rendre compte concrètement et précisément de l’action publique
-  Autoévaluation des actions en continu, + veille constante à la cohérence des actions dans le temp
-  Respect des engagements mutuels
-  Un pilotage et un rythme de suivi et d’évaluation facilitant l’évaluation à mi parcours (2011), l’évaluation finale et le renouvellement à venir de l’Agenda 21.